L’Île aux Trésors

L’Indonésie est un immense pays ayant une population estimée à 250 millions d’habitants et regroupant plus de 17 500 îles – ce qui en fait le plus grand archipel au monde. Avec autant d’îles, il faut faire un choix et le mien s’est tout d’abord arrêté sur Java.

Bien entendu, tout le monde connaît Bali, on entend souvent parler de Lombok, mais Java manque peut-être légèrement de publicité! Étant un peu méconnue, cette île ne pouvait que me surprendre. Son plus grand trésor est certainement les gens qui l’habitent.

Jérôme, Éloïse et une gentille javanaise!
Jérôme, Éloïse et une gentille javanaise!

Dès notre arrivée, j’ai été étonnée par l’incroyable gentillesse des Javanais et la surprise ne cesse de continuer! Un parfait inconnu à notre premier hébergement a offert d’emmener Jérôme en scooter au magasin de cellulaire le plus proche, pour qu’on se procure une carte SIM. Gratuitement, par simple générosité.

Puis, rendus à la station de train de Surabaya à Yogjakarta, nous avons eu une altercation avec le chauffeur de taxi (ça prend toujours une exception pour confirmer la règle – il a pris 1000 détours pour nous emmener, ce qui a résulté qu’on a mis 3 fois plus de temps à arriver et qu’on a passé à 1 cheveu de manquer notre train) et les agentes de sécurité ont tout fait pour régler le conflit. Elle étaient super compatissantes.

Une fois dans le train, on était les seuls touristes et malgré la communication ardue, les gens autour de nous ont été incroyablement sympathiques. Arrivés à Yogja (se prononce djodja), on s’est installé dans un boui-boui typique pour découvrir la bouffe indonésienne. (Ça nous a couté 2$ en tout incluant 2 délicieux repas et un coke.) Il s’est avéré que la jeune fille qui aidait sa belle-mère à la cuisine est guide touristique. Tyas. Elle avait un excellent anglais et a répondu à toutes nos questions. Voyant que nous voulions trouver des légumes pour se faire à souper, elle nous a carrément laissé son scooter pour aller faire des courses! On a laissé nos bagages au restaurant puis à notre retour, elle a proposé de venir nous porter avec son mari à notre Airbnb. Sur donations volontaires!

Éloïse, Jérôme et un sympathique chauffeur de go-jik
Éloïse, Jérôme et un sympathique chauffeur de go-jek

Jusque là, on peut penser que c’est épisodique… Mais mon étonnement a atteint son apogée quand on a décidé d’aller se chercher de l’alcool au dépanneur en soirée. C’est un pays musulman ici, donc pour faire court et sans exprimer exhaustivement mon opinion à ce sujet : il n’y a pas d’alcool en vente libre dans les supermarchés – depuis 3 mois seulement. On a questionné une fille dehors qui faisait des kebabs à savoir où on pouvait se procurer de la bière et c’est son amie qui venait d’arriver en scooter qui a proposé d’aller nous en chercher. Elle ne parlait pas anglais mais elle m’a invitée à monter derrière elle. Je me suis retrouvée en moto avec une parfaite inconnue, dans les rues de Yogja en mission quasi-impossible pour trouver de l’alcool… J’étais totalement incrédule! On a trouvé une shop un peu louche où on devait dire au vendeur ce qu’on voulait, comme dans une tabagie et ma bière m’a coûté les yeux de la tête (5$, c’est 5X plus cher qu’en Thaïlande)! Mais l’expérience en valait le coût!

C’est un peu triste à dire, mais cette gentillesse est tellement déconcertante pour 2 nord-américains qu’on a été suspicieux pendant les premières 24 heures. On se disait qu’il y avait anguille sous roche : ça s’peut pas être smatt de même!?

Mais oui, ici à Java, l’île aux trésors, ça se peut!

Javanais sous la Pluie
Jeunes javanais jouant sous la pluie à Yogjakarta – Photo Jérôme Hof

Depuis notre arrivée, on se sent comme des stars. Les Javanais nous arrêtent régulièrement dans la rue pour se faire prendre en photo avec nous. Lors de notre visite au temple Borobudur, cette situation a franchi un nouveau cap! Des groupes de jeunes étudiants indonésiens sont arrivés et se sont jetés sur nous en trombe pour prendre des photos avec nous. On ne pouvait plus faire 2 pas sans qu’un autre groupe nous apostrophe, téléphones à la main, prêts pour la pose! Les gens faisaient la file! On était totalement déconcerté. On a vécu au Myanmar se faire observer, ou remarquer à cause de notre couleur de peau mais jamais on avait vécu la frénésie presque fanatique qui vient avec! Au Borobudur, les jeunes criaient, les filles répétaient « Oh! My God! » quand Jérôme les regardait et certaines d’entre elles ont perdu tous leurs moyens quand il leur a demandé où était la sortie. Elle se sont mises à rire et à crier en s’éloignant, comme si Justin Bieber venait carrément de leur adresser la parole! C’était surréel!

Et puis, la saison des pluies bat son plein ici. Je croyais qu’on s’en tirerait indemne étant donné qu’on est sur la fin mais, je me trompais! On profite donc de nos avant-midis ensoleillés et on relaxe dans notre confortable HomeStay dans l’après-midi quand il pleut à siaux. C’est une ambiance qui me plaît et ça nous force à nous reposer, ce qui n’est pas méchant non plus!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s